Chypre

Médiatrices de Chypre

Kalliope Agapiou Josephides

Kalliope Agapiou Josephides

Kalliope Agapiou Josephides est titulaire de la Chaire Jean Monnet à l’Université de Chypre, et élue membre du Conseil du Campus global des Droits de l’Homme à Venise.   Elle a  été présidente de l’Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes à Vilnius, et vice-présidente du Centre interuniversitaire Européen pour les Droits de l’Homme et la Démocratisation à Venise. Elle est titulaire d’un doctorat en sciences politiques à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et possède une vaste expérience nationale, régionale et internationale dans les domaines de l’égalité des sexes, des droits de l’homme, des femmes, de la paix et de la sécurité, de l’élaboration de constitutions et des négociations internationales. Elle est régulièrement conviée à l’École des Droits de l’Homme de Venise, pour intervenir sur les questions relatives aux femmes, à la paix et à la sécurité et à la CEDEF, aux violences sexuelles liées aux conflits, aux violences sexistes, aux défenseurs des droits de l’homme… Elle est l’auteur principal de l’étude du Parlement européen sur les femmes dans les transitions démocratiques, l’expert principal pour la dimension de genre dans l’étude mondialedes Nations Unies sur les enfants privés de liberté, et l’expert national pour le plan d’action national de Chypre pour la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Sa vision du rôle et de l’autonomisation des femmes dans la transformation, la consolidation et le maintien de la démocratie, la prévention des conflits et la garantie de la paix et de la sécurité l’a incitée  à  rejoindre  le  groupe  des membres fondateurs du RFMM et à prendre l’initiative de la créationde l’antenne du RFMM à Chypre, en vue de renforcer le rôle des femmes en tant que moteurs de la paix et agents actifs dans tous les domaines de la vie.

Expertise géographique : zone euro- méditerranéenne et Afrique
Expertise thématique : genre et inclusion, élaboration de constitution et partage du pouvoir
Langues : grec, français, anglais, allemand et espagnol courants ; connaissances de base en italien et en chinois

Emine Çolak

Emine Çolak

Emine Çolak est une avocate chypriote turque exerçant à Nicosie depuis 1982 et spécialisée dans les droits de l’homme. Pendant 25 ans, elle a formé et utilisé ses compétences en matière de médiation et de négociation de manière professionnelle et militante. Elle est membre de plusieurs groupes de dialogue intercommunautaire pour la réconciliation et la réunification, qui se concentrent sur les moyens concrets de résoudre le conflit gelé. Elle a coordonné des comités de négociation de lois liées à la proposition de solution globale, le plan Annan en 2004. En tant que cofondatrice et directrice de la Fondation chypriote turque des droits de l’homme pendant 10 ans, elle a travaillé à élever le niveau des droits de l’homme dans sa communauté par la sensibilisation, le communication et les contestations juridiques ; elle a également contribué à la formation de la Commission des biens  immobiliers dans le but de résoudre  les  litiges de  propriété  attendant d’être réglés. Elle parle couramment le turc et l’anglais, et un français raisonnable. En 2015 et 2016, elle a occupé le poste de ministre des affaires étrangères de sa communauté. Son expertise porte sur les dynamiques de conflits survenus après l’indépendance dans les anciennes colonies avec descommunautés s’affrontant sur des différences ethniques/linguistiques ; elle est convaincue que le renforcement des droits de l’homme est un outil essentiel pour surmonter les différends au sein des communautés et entre elles. Étant donné qu’elle se consacre à la réalisation de l’égalité des sexes et à la participation effective des femmes dans tous les domaines de la vie et de la gouvernance, elle considère que l’insuffisance du nombre de femmes et de processus de paix sensibles à la dimension de genre apparaît clairement la cause principale du succès limité d’un bon nombre d’entre elles. En conséquence, elle est aujourd’hui membre des réseaux des femmes médiatrices du Commonwealth et des femmes médiatrices de la Méditerranée ainsi que cofondatrice de son antenne à Chypre.

Expertise géographique : Chypre
Expertise thématique : dynamique des conflits, conflits ethniques/linguistiques, droits de l’homme
Langues : anglais, turc et français raisonnable

Maria Hadjipavlou

Maria Hadjipavlou

Maria Hadjipavlou, est professeur associé à la retraite   à   l’Université   de   Chypre.   Elle est titulaire d’un doctorat en changement social et politique à l’université de Boston ; elle a occupé un poste de chercheur post-doctorant à l’université de Harvard et était membre de son programme d’analyse et de résolution des conflits internationaux. Elle a cofondé le Centre sur la résolution des conflits internationaux à l’Université de Columbia. Elle a publié de nombreux ouvrages sur les questions de genre, la résolution des conflits et la consolidation de la paix, sur lesquelles elle a également coordonné un certain nombre de projets de recherche et est souvent invitée au sein des universités et des forums internationaux afin de partager son expérience. Elle dirige des formations sur la résolution des conflits et la sensibilisation aux questions de genre, en particulier dans les situations de conflit, notamment pour le FNUAP, et s’est également occupée de former des femmes dans plusieurs pays. Elle travaille actuellement à la rédaction d’un livre sur les 40 ans de travail d’engagement pour la paix à Chypre. Son livre sur Les femmes et le changement à Chypre : féminismes, genre et conflits (I. B.Tauris, 2010) est devenu un ouvrage de référence. En tant que militante, elle a été membre fondatrice et présidente des ONG « Centre pour la Paix à Chypre » et  « Hands Across the Divide », ainsi que cofondatrice du Cyprus Academic Dialogue et de la « Gender Advisory Team » qui travaille exclusivement sur la mise en œuvre et l’intégration de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies dans les négociations chypriotes. En 2015, elle a été nommée membre du comité technique sur l’égalité des sexes, conseillant les négociateurs de paix sur les dispositions relatives à l’égalité des sexes. Elle est membre fondatrice du RFMM car elle croit fermement que la participation significative des femmes aux processus de paix et à la consolidation de la paix après un conflit n’est pas seulement un droit démocratique, mais elle a également prouvé qu’elle contribuait aux efforts de paix durable et d’égalité des sexes. Elle a joué un rôle déterminant dans la création de l’antenne du RFMM à Chypre en 2019.

Expertise géographique : région méditerranéenne et Moyen-Orient (conflit israélo-palestinien)
Expertise thématique : résolution des conflits, théories féministes, récit de la FPS, genre
Langues : grec, anglais et un peu de français

Özge Özoğul

Özge Özoğul

Özge Özoğul est la responsable des opérations de l’Association pour le dialogue et la recherche historiques (AHDR), une organisation multi-communautaire de la société civile qui joue un rôle dans le processus de consolidation de la paix à Chypre à travers l’éducation. Elle poursuit actuellement des études de doctorat au Pays Basque dans le cadre du programme “Education : École, langue et société ». Elle est originaire de Nicosie, à Chypre, et est diplômée de l’Université de Southampton, au Royaume-Uni. Elle a obtenu une maîtrise en multilinguisme à l’Université de Groningue, aux Pays-Bas, avec une spécialisation en éducation multilingue et en planification des politiques linguistiques. Elle a eu l’occasion d’améliorer ses connaissances et compétences en matière de consolidation de la paix et de médiation grâce à son poste au sein de l’AHDR et aux formations auxquelles elle a pris part, qui l’ont encouragée à entrer en contact avec des médiateurs et à s’engager ainsi activement dans la médiation. Elle est devenue membre du RFMM dans le but d’apprendre avec et par ses membres, de donner de la visibilité aux femmes au niveau local, régional et international, de plaider pour la mise en œuvre des résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et de renforcer la collaboration entre les programmes FPS et JPS. L’une de ses valeurs est la réflexion, qui contribue à faire d’elle une praticienne efficace, favorisant la responsabilité, la créativité et l’avancement. Dans le cadre de ses fonctions, elle joue un rôle actif dans l’élaboration et la mise en œuvre d’interventions éducatives qui i) favorisent le dialogue, la coopération et la confiance entre les différentes communautés à Chypre et au sein de chaque communauté ; ii) encouragent la pensée critique, la multiperspectivité et la compréhension historique ; et iii) fournissent des espaces pour la recherche et l’apprentissage entre pairs. Elle anime également des ateliers d’éducation à la paix.

Expertise géographique : Chypre
Expertise thématique : multilinguisme, diversité linguistique, politique linguistique, compétence interculturelle
Langues : turc, anglais et espagnol

Sophia Papastavrou

Sophia Papastavrou

Sophia Papastavrou est une citoyenne du Canada et de Chypre. Elle a passé ses années de formation en République dominicaine et au Ghana avant d’immigrer au Canada. Elle est titulaire d’un doctorat en éducation à la justice sociale de l’Institut d’études pédagogiques de l’Ontario à l’Université de Toronto. Sa thèse de doctorat intitulée : “Organisations de femmes pour la paix : dépasser la rhétorique du problème chypriote » est le résultat de plus de 7 ans de recherches sur le terrain dans une zone de conflit gelée. Elle a précédemment travaillé en tant que consultante pour la Mission de l’OSCE en Croatie, la Banque mondiale et les Nations Unies. Sophia a tenu le rôle de responsable technique pour le genre auprès de l’organisation de solidarité internationale World Vision Moyen-Orient et Europe de l’Est couvrant les états fragiles et la réponse syrienne. Avant d’occuper ce poste, elle a dirigé le centre d’apprentissage sur le genre, y compris la gestion du projet régional sur la violence basée sur le genre. Sophia a été conférencière dans le cadre de TEDx Nicosie Femmes en 2015 et a récemment collaboré avec la société civile des femmes à la création du premier Livre blanc de bonnes pratiques sur la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies et le programme Femmes, paix et sécurité à Chypre. Elle a été sélectionnée dans le cadre de l’initiative « She-Experts » de l’Institut Méditerranéen d’Etudes sur le Genre (MIGS) visant à renforcer la visibilité et l’impact des femmes dans leur capacité professionnelle. Elle a rejoint le réseau en raison de sa passion et de son engagement pour les femmes dans la construction de la paix, en particulier pour l’établissement de données et d’évaluations sur le genre dans le but d’éclairer les approches de transformation du genre et remplir le mandat du programme FPS.

Expertise géographique : Moyen-Orient, Europe de l’Est, Afrique, Asie du Sud-Est
Expertise thématique : Violence sexiste, éducation des filles, EAH, femmes et agriculture, FPS, consolidation de la paix
Langues : anglais, grec et français de base

Magda Zenon

Magda Zenon

Magda Zenon est une militante pour la paix et les droits de l’homme qui apporte avec elle une perspective due au fait d’avoir vécu dans l’Afrique du Sud de l’apartheid, en Grèce, et maintenant sur l’île de Chypre divisée. Elle est un membre actif de la société civile locale et se concentre sur l’intégration d’une perspective de genre dans les processus de paix. Elle a contribué à la création de plusieurs organisations de la société civile, notamment « Hands Across the Divide », « the Gender Advisory Team » et le Cyprus  Women’s  Lobby. Elle est également membre  du réseau des femmes médiatrices de la Méditerranée et de celui des médiatrices du Commonwealth. Elle a contribué à l’organisation de divers évènements rassemblant des groupes multiculturels de femmes et de jeunes,dont deux évènements novateurs ayant le but d’élargir la base des femmes actives sur l’île. Le premier étant la conférence sur « Le cheminement vers une paix durable » : la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies sur le programme Femmes, paix et sécurité à la conférence de Chypre en 2017″, qui a rassemblé plus de 50 femmes locales pour discuter des femmes, de la paix et de la sécurité. En ce qui concerne le second tenu en 2018, il s’agissait d’un atelier sur « Les femmes dans la construction de la paix et la médiation à Chypre » : Où en sommes-nous  et vers où allons-nous ? Il avait réuni un groupe diversifié de femmes de toute l’île dans le but d’évaluer le statut du mouvementdes femmes pour la consolidation de la paix à Chypre et d’analyser les obstacles et les défis limitant la participation significative des femmes aux négociations de paix officielles. Enfin, elle croit fermement au pouvoir de la narration et, depuis plus de six ans, elle organise des conversations en ligne intitulées kaleidHERscope avec des femmes inspirantes du monde entier sur la consolidation de la paix, la violence sexiste et la participation des femmes à la prise de décision.

Expertise géographique : Afrique du sud et Méditerranée orientale
Expertise thématique : écoute active, dialogue, mise en relation des personnes, compétences en matière de communication
Langues : anglais et grec