Libye

Médiatrices de la Libye

Rida Al Tubuly

Rida Al Tubuly

Rida est titulaire d’un master en droit international des droits de l’homme (University of Essex, Royaume-Uni) et d’un doctorat en pharmacologie clinique (Imperial College, Université de Londres). Elle est cofondatrice et directrice de Together we build it (TWBI), une organisation qui vise à autonomiser les femmes et les jeunes femmes. Rida milite activement en faveur de la pleine participation des jeunes femmes à la prise de décision et à la construction de la paix. Elle appelle à la « diversité intergénérationnelle » pour rassembler les efforts des différentes générations de femmes sans qu’aucune ne soit marginalisée.  Rida a développé une forte volonté de participer à la consolidation de la paix en Libye, fondée sur son expérience personnelle de la guerre au cours des 8 dernières années. Elle s’intéresse surtout à la construction de la paix, à la médiation et au soutien au dialogue. Elle conseille les responsables libyens et la communauté internationale en lien avec la Libye sur les questions relatives aux femmes, à la paix et à la sécurité en Libye. En 2015, elle a été engagée dans des efforts de dialogue et de conciliation, et a participé à la course des femmes en Tunisie et à Genève. Elle défend les intérêts de l’organisation TWBI en faveur de la construction de la paix aux niveaux national et international – en faisant pression et en prenant la parole lors d’événements. Elle a soutenu la participation des femmes libyennes à la réunion de haut niveau qui a eu lieu à Palerme (Italie) en novembre 2018 ; à ce titre, elle a assuré la médiation des discussions entre les participantes et la communauté internationale, dans le cadre d’une campagne intitulée « You are missing the full picture », une expérience unique lorsque la société civile a aidé les femmes politiques à participer à une réunion de haut niveau comme celle de Palerme qui s’insère dans le processus de paix officiel en Libye. Rida a travaillé dur pour l’autonomisation des femmes dans les élections et le processus de démocratisation en Libye (2012 -2014). Elle a fortement plaidé en faveur de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes, notamment : l’inclusion des femmes et leur participation à la prise de décision, développement économique et leadership. Elle a co-dirigé de grandes campagnes nationales bien connues visant à soutenir les femmes qui se portaient candidates. Elle est membre du réseau national d’appui à la participation des femmes libyennes. En ce qui concerne le contexte libyen, elle a acquis une expérience considérable dans le domaine des conflits, de la conceptualisation stratégique, de la planification et de la mise en œuvre du programme de paix et de sécurité des femmes, en plus d’être une experte de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies. Elle est cofondatrice d’un réseau national comprenant des ONG et des activistes locaux, appelé « 1325 Network in Libya », lancé en mars 2014 pour promouvoir et mettre en œuvre la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies en Libye. De plus, le réseau travaille à la diffusion d’informations sur la construction de la paix, la prévention, la pérennisation de la paix et le développement. Elle est co-auteure du premier rapport de la société civile libyenne sur la mise en œuvre de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies en Libye, publié à New York en 2014. Elle est une experte du programme « femmes, paix et sécurité » – Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies, mais aussi des questions liées au genre, à la violence sexiste, et donne des formations à la société civile et aux hauts fonctionnaires. Elle est consultante indépendante et travaille pour plusieurs organisations ; elle a participé à des recherches et à des études sur le genre, les femmes, la paix, la sécurité et l’éducation ; elle a contribué aux rapports et notes de politique diffusés par un certain nombre d’organisations. Elle a été nommée experte et conseillère en relations internationales auprès du ministère de l’Éducation. Rida possède une longue carrière et une expérience académique considérable grâce à son travail à l’université de Tripoli. En outre, elle a été associée à des systèmes de développement et de santé, et a travaillé avec les autorités nationales compétentes et les organisations non gouvernementales internationales. Avant 2011, elle a été : responsable du Département d’enregistrement des médicaments au ministère de la Santé – et médiatrice entre le ministère de la Santé et l’OMS en Libye ; un membre du haut comité de l’observatoire des aliments et des médicaments.