Les 3 et 4 décembre 2019, l’Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU Femmes), en collaboration avec le ministère italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, a organisé un séminaire de haut niveau sur le thème « Renforcer la participation des femmes aux processus de paix : quels rôles et responsabilités pour les États membres ? » afin d’examiner le rôle des États membres dans la promotion de la participation pleine et effective des femmes à la médiation et aux processus de paix.

L’événement a eu lieu à Rome et a rassemblé environ cent trente participants de soixante pays, dont des membres du Réseau des femmes médiatrices de la Méditerranée et des représentants d’autres réseaux régionaux de femmes médiatrices, des fonctionnaires des États membres et des représentants d’organisations régionales et internationales, ainsi que des femmes spécialistes de la consolidation de la paix, des universitaires et des représentants de groupes de réflexion.

Le séminaire a été ouvert conjointement par la vice-ministre italienne des affaires étrangères, S.E. Mme Emanuela Claudia Del Re, et la directrice exécutive adjointe et sous-secrétaire générale d’ONU Femmes, Mme Asa Regnér. Le discours d’ouverture a été prononcé par Mme Leymah Gbowee, lauréate du prix Nobel de la paix 2011 du Liberia et membre du Conseil de haut niveau du Secrétaire général des Nations unies sur la médiation.

Tout au long des deux jours de réunion, une évaluation a été faite sur les opportunités, les défis et les perspectives normatives, politiques et de financement qui existent actuellement pour les États membres afin de renforcer leur soutien à la participation des femmes dans les processus de paix. Les expériences des panélistes ont permis de partager les meilleures pratiques et les leçons apprises. Enfin, le séminaire a examiné les outils existants et potentiels permettant de renforcer le suivi et l’établissement de rapports sur les efforts déployés par les États membres pour renforcer la participation des femmes et a cherché à identifier et à convenir d’engagements concrets que les États membres pourraient adopter et mettre en œuvre en faveur de processus de paix et d’accords de paix tenant davantage compte de la dimension de genre avant la fin de la période de 20 ans anniversaire de l’adoption de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations unies en 2020.